Comment savoir si mon enfant a le syndrome de l’intestin irritable ?

De nombreuses personnes en France souffrent du syndrome de l’intestin irritable. Vous craignez que votre enfant soit touché par cette pathologie ? Sur ce, vous souhaitez connaître les symptômes pour pouvoir prendre les précautions nécessaires ? Dans le but de vous aider, voici les signes qui peuvent alerter de la présence de la colopathie.

L’enfant souffre de mal de ventre

Connu également sous le nom de colopathie, le syndrome de l’intestin irritable peut toucher les enfants. Son premier symptôme est la douleur abdominale qui se présente dans la plupart des cas par un mal de ventre. Cette douleur se traduit par une sensation de spasme ou de crampe. C’est surtout au niveau des fosses iliaques (droite et gauche) que se localise la douleur. Il en est de même dans la région de l’ombilic.

En  règle générale, la douleur abdominale devient intense après le repas. Elle peut également survenir au réveil, mais reste absente pendant la nuit. Si votre enfant a souvent un mal de ventre qui dure plusieurs jours, il est nécessaire de réaliser un examen complet pour détecter la présence de la colopathie.

Il est sujet à des ballonnements abdominaux

Outre la douleur au ventre, des ballonnements abdominaux peuvent également s’agir un des symptômes du syndrome de l’intestin irritable. Ceux-ci se présentent souvent et peuvent générer une grande gêne. L’inconfort lié à cela survient surtout après le repas pendant lequel il est devenu difficile pour votre enfant de porter des vêtements serrés.

Il se peut également que le tube digestif fasse l’office de bruits qui sont la cause du déplacement de gaz et de liquides. À savoir que le problème de ballonnements abdominaux se soulage après que l’enfant émet de gaz ou selles.

Il est victime de problème digestif

Outre le ballonnement abdominal, l’enfant peut présenter des signes de problèmes digestifs. Il peut en effet être sujet à de la diarrhée qui se reconnaît par l’émission de plusieurs selles liquides en une journée. Si c’est le cas, il est important de bien hydrater l’enfant pour éviter la déshydratation. Il en est de même pour le besoin d’aller aux toilettes après chaque repas.

La constipation est aussi l’un des troubles digestifs que peut provoquer le syndrome de l’intestin irritable. Il se peut que ces 2 problèmes s’alternent.

À savoir que pour avoir l’assurance que votre enfant a le syndrome de l’intestin irritable, vous devez apercevoir que les symptômes se présentent souvent. Ceux-ci doivent avoir lieu au moins une fois par semaine.

D’autres maladies peuvent accompagner le syndrome

Le syndrome de l’intestin irritable peut présenter des symptômes qui s’aggravent avec le temps. À noter que votre enfant peut présenter une alternance des périodes de crise et d’amélioration. Voici les maladies qui peuvent accompagner la colopathie :

  • Les maux de tête
  • La fibromyalgie
  • Les symptômes du syndrome de vessie qui se présente souvent par l’envie d’uriner
  • La fatigue chronique
  • La dyspepsie
  • Le reflux gastro-œsophagien

Bonne nouvelle, le syndrome de l’intestin irritable ne se développe pas en cancer du côlon. Vous n’avez donc rien à craindre à son propos. Il vous est donc nécessaire de soigner ses symptômes.